forest-2044261_1920.jpg

Les Cadavres

Durée : 1h00

Public : Déconseillé au moins de 12 ans. 

Théâtre contemporain / Réécriture / Conte

 
33304117_10213297726010951_8249448216341

Les Cadavres, inspiré d'Alice Au Pays Des Merveilles de Lewis Caroll met en scène Alice, dans un monde où les habitants ne parviennent plus à dormir. Dans cette insomnie généralisée, le manque de sommeil devient un facteur d'angoisse pour chacun et pousse les personnages vers différents travers dont la drogue et le suicide. La mise en scène, onirique, est déstructurée et les personnages sont invoqués puis disparaissent de scène. Ainsi, Alice doit choisir qui suivre, à qui faire confiance, qui écouter et affronter ses propres angoisses.   

Les personnages sont inspirés par ceux de Caroll ainsi que de folklores de différentes cultures. Ainsi Sandman, allié ambivalent d'Alice et toxicomane notoire se substitut au lapin blanc et au grand méchant loup, donnant accès à un monde déconstruit et dangereux, Le Fantasme, lui, est un chat du Cheshire, un faux guide, toxique mais attrayant, empilant les corps dans son sillage, l'Organisatrice, une reine des cœurs clinquante régie par le mépris et le narcissisme, le Cauchemar, allégorie de toutes les angoisses d'Alice, est inspiré du chapelier fou, du bonhomme sept heure et du Baron Samedi. Il est accompagné par La Bête, un lièvre de Mars, croquemitaine aux envies de viols, de dévoration, pulsionnel et cannibale. 

S'appuyant sur l'ouvrage critique de Viara Timtcheva, Le Merveilleux et La Mort, dans lequel l'auteure affirme que "Le Merveilleux n'est pas rose", la pièce se veut onirique et par moment cauchemardesque. Pour cela, elle mobilise plusieurs outils. En premier lieu, un travail corporel important de la part des comédiens, empruntant au clown, au clown noir et par moment à la créature. Certaines transformations de voix sont également inspirées des travaux de textures d'Heiner Müller. La lumière accompagne les personnages, comme si chacun d'eux avait un thème lumineux, une aura envahissant la scène à chaque entrée. La musique, elle, apporte une dimension onirique par la reprise, notamment des Doors. 

Les cadavres est une découverte du monde désillusionnée vécue comme une agression par une adolescente traité au prisme d'un merveilleux psychédélique et macabre. 

Ecriture et Mise en Scène : Anna Deleuil.

Visuel : Camille Douillet, "Le Fantasme" par Bleuenn Regnaux. 

moon-5495498_19202_edited.jpg

Certaines nuits, sa peau se couvrait de phosphorescences, et l'embrasser était embrasser un morceau de nuit tatoué par le feu." Ma Vie avec La Vague in Liberté Sur Paroles, Octavio Paz.